L’audio en ligne, ça commence à se voir… et à s’entendre !

12/01/2017 par Frédéric Courtine

L’I.A.B., Interactive Advertising Bureau, est une organisation créée en 1996 à New-York. Elle fédère depuis son origine les différents acteurs américian de la publicité sur internet afin de définir des standards, des formats publicitaires et de structurer le marché. IAB France est née en 1998 et réunit actuellement plus de 140 sociétés qui interviennent sur notre territoire, principalement des annonceurs et des agences, ainsi que les nouveaux acteurs de l’internet.

De nombreuses polémiques se sont récemment développées sur l’activité publicitaire sur internet. Normal, car ce secteur d’activité est en pleine progression et vient fortement perturber l’ordre établi des médias, des régies et des équilibres financiers entre annonceurs, agences et diffuseurs. Entre des bannières achetées et finalement non-diffusées, des statistiques qui souffrent souvent d’une approximation difficilement conciliable avec des sociétés qui se targuent d’automatismes scientifiques et enfin des adblockers qui polluent les discours, etc., le monde de la publicité et des annonceurs est attentif à tous les messages et les annonces sur l’efficacité des médias et des supports numériques.

Aussi, quand Anna Bager, la vice-présidente et directrice générale de l’IAB, section Mobile et Vidéo, publie une chronique intitulée « Entends-tu ce que j’entends », sur l’importance grandissante de l’audio sur les supports digitaux, il y a de quoi être interpellé ! Cette personnalité reconnue comme une des plus influentes aux USA en matière de média et de publicité sur le digital nous sert une ode à la gloire de l’audio numérique. Bien sûr, ça arrange l’IAB : ça montre que les médias numériques montent en puissance et sont de plus en plus une alternative à l’écoute traditionnelle des médias audiovisuels. Et forcément si ça peut attirer davantage d’annonceurs et d’agences sur ces supports, c’est tout bénéfice pour l’IAB et ses adhérents.

Sans entrer dans une polémique classique en matière de radio (l’opposition FM traditionnelle et/ou Radio Numérique Terrestre et/ou radio sur IP, webradios, etc.), il me semble important surtout de retenir que le media radio a un bel avenir et qu’il est en train de réussir son adaptation aux nouvelles technologies et surtout aux nouveaux usages des auditeurs.

Car, qu’observe-t’on de façon objective : des audiences sans cesse en progression pour les flux en simultanée des radios « traditionnelles » sur leurs sites web ou sur les sites des agrégateurs spécialisés. Mais aussi un nombre grandissant de pure players avec leurs webradios de plus en plus diversifiées, ou encore la montée en puissance des podcasts ou sites d’audio-on-demand. Il est incontestable que le média audio via les devices du type smartphones est de plus en plus présent dans les usages.

On peut même considérer que c’est un nouveau véritable eldorado pour les entreprises de radio. Désormais, tout le monde a dans sa poche un récepteur potentiel de flux et d’éléments audio. Cela n’était jamais arrivé dans l’histoire du média. Même dans les années 90, au plus haut de la commercialisation des baladeurs FM, tout le monde n’en avait pas un en permanence dans sa poche.

Désormais, grâce aux sociétés high-tech, aux opérateurs de téléphonie et à tous leurs ingénieurs qui ont travaillé sur des devices de plus en plus petits et de plus en plus pratiques, on peut quasiment tout faire avec les smartphones ou autres tablettes. Et donc forcément une chose aussi simple qu’écouter un fichier audio ou un flux en streaming. Car, comme le dit l’adage populaire, « qui peut le plus, peut le moins ». Ces merveilleuses petites machines pleines de technologies, que chacun a désormais sur soi, jour et nuit, représentent donc la meilleure chose qui soit arrivée à la radio et à ses professionnels depuis bien longtemps.

A chacun d’y réfléchir et de s’inscrire dans cet élan qui, de toutes façons, est déjà lancé et paraît assez inéluctable. Et notre média va imposer à nouveau ses principaux atouts : un média d’accompagnement, un média de la mobilité, un média de l’intimité, du « one-to-one ».

Et surtout, n’oublions pas l’essentiel : quel que soit le canal de diffusion, ce qui importe est l’intérêt du contenu. Concentrons-nous sur cela et la magie s’opérera, l’audio trouvera son auditeur.

Frédéric Courtine

 

L’article de Anna Bager :

http://www.adotas.com/2017/01/feature-spotlight/

Le site de l’IAB US :

https://www.iab.com/

Le site de l’IAB France :

http://www.iabfrance.com/

Merci de noter que l’image utilisée vient du site http://www.radioplayer.co.uk

L’excellente application mobile qui regroupe toutes les radios anglaises… Et oui, ils y sont arrivés, une seule appli, toutes les radios… !

 

 

 

Laisser un commentaire